article de presse - L'Eclat du Bois

Aller au contenu

Menu principal :

article de presse



article de presse rédigé par Jean-Pol DAUSSIN (Belgique)





Septembre 2009, chez Willy Vanhoutte…

Les membres de la Guilde sont nombreux à s’enthousiasmer devant l’habileté des maîtres du tournage invités à animer les portes ouvertes
Chacun a son style propre, sa personnalité, sa virtuosité.
Mais pourquoi donc est-ce joseph Deronzier qui a focalisé mon attention
Facilité d’échange grâce à la langueJe ne le pense pas.
Je me suis posé la question à ce moment, sans trouver de vraie réponse. Cette dernière est venue 7 mois plus tard au cours d’un stage de 3 jours chez Jo, en Haute Savoie.

QUI EST JO DERONZIER
Né dans une famille d’ébénistes et tourneurs depuis plusieurs générations, Jo a perpétué la tradition et a donc acquis une parfaite connaissance de cette noble et vivante matière qu’est le bois.
Ce n’est qu’en fin de carrière qu’il a pu se consacrer à la passion qui le taraudait depuis l’enfance, le tournage sur bois, et notamment la facette artistique de la discipline.
Il a donc côtoyé les plus grands maîtres de stage pour peaufiner des acquis déjà considérables, et a ensuite décidé de les partager en devenant, à son tour, un formateur de renom.
L’atelier de Jo peut accueillir une dizaine de stagiaires qui disposent chacun d’un tour et de toute la panoplie de gouges et d’outils pour répondre aux plus pointus de leurs souhaits.

J’ai l’heureux privilège de figurer au nombre de ses élèves depuis ce stage à Giez, petit village charmant au cœur d’une région superbe, à deux pas du lac d’Annecy.


Il ne m’a pas fallu bien longtemps le 3 mai dernier pour trouver la réponse à la question que je m’étais posée à Beernem Pourquoi Jo

Outre ses qualités intrinsèques de tourneur qui ne sont plus à démontrer, voici ce qui m’a réellement attiré
JO LA FORCE TRANQUILLE
La maîtrise dans le calme et la sérénité, assortie d’une constante recherche de l’excellence.
Bien avant d’être posée sur le tour, la pièce de bois a été analysée, scannée pour en extraire la quintessence
JO LA SCIENCE DU TOURNAGE
Le geste est habile, précis, souple. La pièce prend forme. Le spectateur peut se rendre compte de la finesse de l’ouvrage.
Si l’élève plante, on reproduit le geste en sens inverse. L’erreur devient à la fois éloquente et évidente.
JO LE PARTAGE
L’expérience et les connaissances d’une longue carrière entièrement dévolue au bois lui ont permis de dompter la matière. Devant une tâche délicate, il trouve le bon affûtage, crée l’outil particulier ou invente un auxiliaire qui lui permette d’arriver à ses fins. Chose plus rare, il n’hésite pas à partager son génie. Je vous confesserai même que cela semble le rendre heureux.

JO LA CONVIVIALITE
Un accueil chaleureux et cordial fait partie intégrante du programme d’un stage.
Tout est mis en œuvre pour le confort du tourneur.
Je m’en voudrais de ne pas souligner le rôle tenu par Marie-Jeanne, la charmante épouse de Jo qui a clôturé le stage en ravissant nos papilles.

La liste des raisons qui ont fait de ce stage une réussite est encore bien longue
Je vous invite à rendre à Jo une petite visite virtuelle sur son site
www.leclat-du-bois.com

Pour des raisons d’incompatibilité d’agenda, Jo n’a pu accepter l’invitation de son ami Willy Vanhoutte pour les portes ouvertes 2010. Gageons que nous pourrons à nouveau apprécier son talent en 2011.


UNE ANECDOTE QUI N’EST PAS ANECDOTIQUE

Jo a été sollicité par Yan ZORITCHAK un des plus grand maître verrier du globe. Cet artiste est slovaque.
L’objet de sa requête consistait à tourner trois moules destinés à la réalisation de trois imposantes pièces uniques en cristal. Chacune ayant nécessité plus de 300 morceaux de bois ajustés et collés.
Diamètre des pièces à tourner…1.10 m
Poids des pièces avant tournageenviron 110 kg
Ce n’est pas à vous, amis de la Guilde, qu’il faut expliquer le génie dont Jo a dû faire preuve pour tourner de tels volumes sur un tour qui n’est pas industriel, ainsi que les défis et difficultés auxquels il a eu à faire face.
Les moules furent livrés dans les délais.
Après avoir réalisé ses œuvres en cristal, le maître verrier a convoqué un huissier pour consigner la destruction des moules
C’est le prix à payer pour des pièces uniques.






 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu